Faire des économies en termes de packaging, la plupart des entreprises cherchent à y parvenir en passant en revue toutes les possibilités. Certaines solutions sont complexes, lorsque d’autres sont d’une simplicité presque enfantine. Modifiez vos matériaux, allégez votre design, repensez vos modes de distribution… 

Et c’est déjà pratiquement gagné. Entre volonté esthétique et respect du budget, comment trouver le bon équilibre ?

 

Le chemin le plus court vers les économies

De manière générale, certains aspects simples de votre packaging sauront déjà vous mettre sur la voie.

On apprécie les formes arrondies et originales. Mais au moment du stockage, c’est un vrai casse-tête et la garantie de perdre de l’espace qui se traduira en perte d’argent.

On aime les matériaux haut de gamme et les finitions travaillées que l’on ajoutera ça et là par petites touches et qui feront à coup sur leur effet. Mais à l’arrivée, notre packaging pèsera lourd et sera source de dépenses supplémentaires tout au long de la chaîne de distribution.

 

Didier Court
Didier Court

 

La précédente édition de l’Hispack, la foire exposition dédiée aux techniques d’emballage qui se tient chaque année en Espagne, a notamment été marquée par la présentation de la bouteille la plus légère au monde. 6,6 grammes. Mais une bouteille fabriquée en plastique, et qui ne peut donc pas satisfaire pleinement la demande d’une économie plus verte formulée par le consommateur. 

Quant aux matières alternatives qui font progressivement leur apparition, elles ont aussi tendance à faire grimper les prix. Un coût de fabrication plus élevé qui impactera le prix de vente au risque de dissuader le potentiel acheteur.

 Alors finalement, que faut-il améliorer pour faire de vraies économies de packaging ?

 

1 – Je garde une vue d’ensemble de mes possibilités

Difficile d’identifier les secteurs sur lesquels travailler pour réduire les coûts lorsque l’on ne connaît pas vraiment ces secteurs. Assurez-vous de distinguer et de comprendre tous les processus d’emballage par lesquels passe votre entreprise.

Un excellent moyen de formuler des avis critiques pertinents et de trouver les bonnes alternatives. Le tout sans altérer les performances de votre packaging. On cherche à faire des économies, certainement pas à diminuer en qualité !

Quels sont justement les différents département sollicités tout au long de la chaîne de fabrication ? On distingue généralement :

  • L’emballage en lui-même.
  • Les dispositifs de calage.
  • La manutention.
  • La préparation des colis.
  • Le transport.

Commencez peut-être par investir dans des machines de remplissage, des fermeuses de caisses automatiques. Ou dans les options de calage adaptées. 

 

De nombreuses options sont aujourd'hui disponibles sur le marché
De nombreuses options sont aujourd’hui disponibles sur le marché

 

Papier bulle, papier kraft, coussin d’air, sachet bulle…De nombreuses options sont aujourd’hui disponibles sur le marché et ne nécessiteront qu’un petit investissement de votre part, rapidement remboursé  par un gain de productivité non négligeable !

Dans l’entreprise, partez du principe que chaque maillon de la chaîne a son importance car c’est le cas. Il participe à la performance globale, la résistance de l’ensemble.

Didier Court.

 

2 – Je sélectionne le bon matériau

Choisir le bon matériau à la bonne dimension présentera à coup sûr de nombreux avantages.

Par rapport à la nature du produit dans un premier temps, il sera un moyen d’éviter une détérioration ou une expiration précoces. De petit aléas qui peuvent entraîner de nombreux retours de marchandise.  Et entacher votre image de marque. 

Du côté des achats, des caisses et des emballages parfaitement ajustés à la marchandise seront aussi l’occasion de faire quelques économies.

Et puis à l’étape du stockage, elles réduiront considérablement le volume en évitant les pertes d’espace. En tenant compte à chaque instant des caractéristiques et de la fragilité du produit contenu.

 Ne reste plus qu’à adapter son matériau au marché cible pour séduire le consommateur à moindre coût.

Attiré par le carton ? Notez que le carton recyclé conviendra tout particulièrement aux produits courants du marché de masse. On se tournera plutôt vers le carton tout bois pour un packaging plus haut de gamme.

 

3 – Je limite au maximum le gaspillage

Les pertes inutiles peuvent survenir à tous les niveaux de la chaîne de production. Aussi, on n’hésitera pas à passer régulièrement en revue les modes de production, de stockage et de manutention afin de mettre en évidence les éventuelles failles. 

Une manière non négligeable de réduire vos déchets d’une part, et de générer de belles économies.

Savez-vous par exemple que le démarrage des machines entre deux sessions de fabrication peut entraîner des pertes ?  Les coûts pourront d’ailleurs être importants car répétés sur le long terme. Il faudra dès lors proposer des formations adaptées aux professionnels et organiser des contrôles rigoureux de manière régulière. 

Pour limiter le gaspillage et faire de vraies économies en termes de packaging, tout devrait être passé en revue.

Du côté du packaging même, en plus d’en réduire les dimensions, envisagez peut-être d’opter pour des matériaux résistants mais plus légers. Réfléchissez à positionner le produit dans sa boîte de la manière la plus pratique possible. Réduisez la taille des images et des éléments graphiques et assurez-vous que toutes les finitions que vous ajouterez seront vraiment nécessaires.

 

Saul Bass
Saul Bass

 

Pas besoin finalement de multiplier les ajouts pour attirer l’œil du consommateur. Un emballage simple, transparent, ou une petite fenêtre découpée sur un côté et permettant d’apercevoir le produit apporteront déjà une vraie valeur ajoutée. Et le mieux dans tout ça, c’est que cela ne coûte pas grand-chose !  Un joli ajout ludique à moindre coût.

Le design, c’est rendre la pensée visible.

Saul Bass.

 

4 – Je définis des spécifications claires sur mes emballages

Bien des erreurs peuvent-être évitées avec une planification rigoureuse en amont. Soyez le plus lisible possible pour l’ensemble de vos équipes, afin que les directives soient rapidement comprises et appliquées par tous.

Vous transportez de la marchandise fragile ? Indiquez le très clairement sur le packaging puis sur la caisse de transport. Une livraison en mauvais état et ce sera le retour à l’envoyeur avec quelques frais supplémentaires à la clé. 

  • Acheminement retour de la marchandise.
  • Remplacement de la marchandise. 
  • Utilisation et étiquetage d’une nouvelle caisse.
  • Nouvelle expédition.

 De petits contretemps qui peuvent coûter très cher !

 

5 – Je regarde au-delà du prix

Le coût d’un conteneur ou d’un matériau d’emballage est indissociable de ses performances globales. Les différences de tarifs pourront s’expliquer par  une contenance variable, une durée de vie plus ou moins longue ou bien un taux de productivité moins intéressant.

Pour faire des économies durables en termes de packaging, il vaudra mieux comme nous l’avons vu miser sur quelques dépenses initiales. La qualité et la durabilité des équipements achetés se chargeront du retour sur investissement.

 

Et si on se passait de l’emballage ? 

La tendance est au minimalisme, alors pourquoi se priver ?  Un peu de papier kraft, un morceau de ficelle, une jolie étiquette bien sécurisée et le tour est joué.

 

Et si on se passait de l'emballage?
Et si on se passait de l’emballage?

 

Loin de dissuader le consommateur, se passer presque entièrement de l’emballage signe une forme de retour au naturel résolument dans l’air du temps. D’autant que les possibilités ne manquent pas pour vous distinguer de la concurrence.

Ne reste plus ensuite qu’à empiler le tout dans des caisses de transport soigneusement optimisées. Certains transporteurs facturent en effet selon le volume et non selon le poids. Attention aux défauts de remplissage !

 

S’adresser à un fournisseur externe

Pour faire des économies de packaging, il y a souvent du bon à faire appel à un fournisseur externe plutôt que de réaliser l’intégralité des processus en interne. Cela permet à la fois le gagner en productivité et de faire baisser les coûts tout en se dégageant du temps pour d’autres tâches moins chronophages. 

Notez par exemple qu’une impression quadrichromie sera généralement moins chère qu’une impression en quadri + deux ou cinq teintes. Ce qui ne vous empêchera pas d’effectuer tous les mélanges nécessaires pour obtenir les nuances souhaitées.  Mais c’est généralement au prestataire de fournir ce type de petites astuces au client et de l’accompagner idée après idée, tout au long de sa démarche.

Encore un doute ? Un projet particulier ? MonPackaging se tient à votre écoute pour vous proposer les solutions adaptées à vos besoins et à votre budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *