Boîtes de céréales, sachets de thé, coffrets de parfum, les emballages sont devenus une composante essentielle de notre quotidien. Notre société de consommation a réalisé un véritable tour de force en incitant le consommateur à acheter des concepts via les marques, plus encore que de simples produits. Et pour que la magie opère, la conception graphique de chaque emballage prend ici tout son sens.

Comment faire de son packaging un vendeur silencieux et tirer parti de ce bref instant durant lequel le client potentiel aura les yeux rivés sur votre produit ? Avec les bonnes idées et quelques astuces, vous devriez faire des merveilles !

 

Conception graphique, une question d’émotion

Les idées préliminaires ont été validées, la conception structurelle a abouti à un rendu satisfaisant. L’élaboration de votre packaging se poursuit sur une dimension moins palpable mais tout aussi concrète. 

La conception graphique d’un emballage permet à la fois de positionner le produit en termes de prix, de refléter l’image de la marque et d’attirer le regard du consommateur.

Pour y parvenir, il n’existe pas un millier de solutions. Tous les chemins vous mènent aux émotions ! 

Un motif, une forme bien pensée suffiront à attiser la curiosité et à indiquer les informations essentielles. Un détail et ça y est, vous vous êtes démarqué de la concurrence. 

La dimension émotion est ici essentielle car c’est bien souvent elle qui poussera à l’achat. Le packaging est de très loin préféré à la publicité par les consommateurs, qui prennent d’ailleurs le temps de lire les indications dans la grande majorité des cas.

L’occasion de faire passer des messages innovants, d’évoquer des souvenirs qui parleront au plus grand nombre et de proposer une expérience unique à laquelle vos concurrents, tant pis pour eux, n’avaient pas encore pensé.

 

Si quelqu'un vous regarde, vous vous sentez obligés de rendre le regard pour trouver ce qui a attiré ce regard.
Si quelqu’un vous regarde, vous vous sentez obligés de rendre le regard pour trouver ce qui a attiré ce regard.

 

À l’heure des réseaux sociaux et des réactions à chaud, l’étape unboxing ne doit définitivement pas être négligée !

Les consommateurs agissent lorsqu’une marque leur fait ressentir quelque chose. Si quelqu’un vous regarde, vous vous sentez obligés de rendre le regard pour trouver ce qui a attiré ce regard. Au travail c’est votre instinct de survie.

Simon Preece.

 

S’adresser au consommateur

Photographie, citation, design soigneusement choisi, il faut garder en tête qu’un packaging est avant tout destiné à présenter un produit. Partant de là, tout est question d’équilibre entre les nombreuses idées créatives et la nécessité de ne pas basculer dans l’incohérence.

Inutile pour autant de ne se limiter qu’à une représentation fidèle d’un contenu. Comme nous l’avons vu, les histoires font appel aux émotions des consommateurs, pour peu qu’elles soient pertinentes.

L’identité par la couleur 

Quoi de plus différenciateur que la couleur ? Elle est à la fois une indication du type de produit contenu à l’intérieur du packaging, et de la ligne directrice suivie par la marque. 

Repérable de loin, elle porte avec elle toute une symbolique et constitue un élément incontournable de votre positionnement marketing. Entourez-vous d’un nuancier complet de type Pantone pour étudier toutes les déclinaisons de couleur !

L’identité par le graphisme

Du sobre mais de l’original et du facilement mémorisable ! Pas si simple…

Cela inclut notamment le logo de la marque qui doit être visible à un mètre minimum, mais aussi les différents personnages, objets et éléments divers qui occuperont les différentes faces de notre emballage.

L’identité par le toucher

Prolongez la surprise jusqu’au moment de la prise en main en proposant un graphisme à relief qui achèvera définitivement de distinguer votre packaging des autres. Au même titre que les mots et les images, la texture parle et peut même raconter des choses fascinantes pour le consommateur ! 

Un reflet nacré est c’est l’aspect tout entier de l’emballage qui se modifie sous les jeux de lumière. Un aspect soft touch et les couleurs sont sublimées et l’ensemble plus résistant.

C’est l’association du langage visuel et tactile qui vous permettra d’élaborer avec votre marque une vraie proposition multidirectionnelle.

Conception graphique abstraite ou concrète ?

En marketing, on aime les images, les sous-entendus et les messages soufflés à demi-mot. Oui, mais cela ne fonctionnera pas avec tous les emballages. 

Un produit pharmaceutique voire cosmétique ne fournissant pas un minimum d’informations aura plutôt tendance à détourner le consommateur. 

Alors on se fait clair et lisible avec une bonne dose de renseignements mais ici encore sans en faire trop ! Plus de 39 % des consommateurs estiment en effet qu’une surcharge d’informations nuit directement à la crédibilité de la marque. 

Entre communication authentique et arguments marketing, pas facile de trouver le juste milieu. 

Limitez-vous pour commencer à l’essentiel. Composition du produit, dates limites de consommation ou d’utilisation, écoconception si tel est le cas…

Certains packaging ne comportent pas moins de 11 unités différentes d’information. Allégez plutôt le tout, et intégrez des espaces vides dans la conception graphique de votre emballage. Ce sont ces mêmes espaces qui faciliteront la lecture du reste.

Ça commence à prendre forme ? Encore faut-il à présent fragmenter les différents messages selon les différentes faces de votre emballage. Et ici encore, quelques réflexions s’imposent !

Les entreprises voient le client comme un mal nécessaire, peu voient en lui un ami généreux indispensable à leur réussite.

Guy Burkhardt.

 

Booster son identité avec le facing

Coca-Cola, Kinder, Daddy, Nutella, certaines marques ont tellement marqué l’imaginaire collectif qu’elles sont indissociables du paysage de la grande et moyenne distribution.

Le secret ? Un côté face reconnaissable entre tous et suffisamment exploitable pour être décliné encore et encore, année après année.

L’originalité d’accord, mais à condition de penser sur le long terme.

Le facing, c’est le premier contact du consommateur avec le produit. C’est à la fois la face avant du packaging, mais aussi le rayon dans son ensemble avec la multitude d’emballages présentés.

 

certaines marques ont tellement marqué l’imaginaire collectif
certaines marques ont tellement marqué l’imaginaire collectif

 

Et c’est d’après lui qu’en quelques secondes, une première opinion sera formulée. Partant de là, la face avant devra fondamentalement comporter certaines mentions essentielles qui permettront la meilleure approche possible. 

Lors de la conception graphique de votre emballage, envisagez notamment :

 

  • Le logo de la marque : indispensable bien sûr pour être reconnaissable. Pensez peut-être à vous détourner du traditionnel logo apposé au milieu du design de packaging dans 90 % des cas, pour proposer quelque chose d’un peu différent. 
  • La dénomination du produit : très utile pour mieux se repérer. Pensez peut-être aussi à une phrase d’accroche ou à la mention de quelques bénéfices immédiats du produit.
  • La contenance : comme le prévoit la réglementation. En fonction des produits, celle-ci peut aussi être indiquée au dos. 
  • Les labels : ou autre signe de qualité comme un petit drapeau français par exemple. Prudence cependant, trop de labels auront tendance à jouer contre vous.

 

Ajoutez peut-être une petite flèche ou un élément invitant le consommateur à retourner l’emballage ! Une occasion supplémentaire d’amorcer un dialogue, et de tracer un chemin clair pour vos acheteurs potentiels.

 

De la cohérence dans la conception graphique de l’emballage

Graphisme, histoires, émotions ne signifient en aucun cas mensonge ! Tout au plus avec ce genre de procédés, vous parviendrez à déclencher quelques ventes mais soyez assurés que les consommateurs ne renouvelleront pas leur achat et feront connaître leur opinion autour d’eux.

La promesse faite par le produit et le packaging doivent faire preuve d’une vraie cohérence. 

Pas besoin de mots ici, les éléments graphiques peuvent être suffisamment parlants lorsqu’ils sont vraiment adaptés. Pensez par exemple à la couleur déjà évoquée précédemment.

Les bouteilles d’eau minérale affichent globalement toutes une couleur bleue, verte voire totalement transparente pour évoquer la pureté et la fraîcheur promises par leur contenu. Quelle est votre propre promesse ? Comment pourriez-vous la véhiculer ?

Notez que la typographie a ici aussi son importance. D’une simple écriture soigneusement travaillée, il est possible d’évoquer la gourmandise, la propreté, le luxe, le naturel, et bien plus encore ! 

À la manière d’un tableau, la conception graphique de la face avant de votre emballage devra ainsi jouer avec les différents éléments de manière à élaborer le relief, le clarté et l’imaginaire auxquels s’attend le consommateur.

 

Les faces cachées de l’emballage

La face arrière

Vous y êtes ! Vous avez réalisé un facing imbattable et forcément, le consommateur est séduit. Sa curiosité attisée, il a envie d’en savoir plus. 

Il saisit le paquet dans ses mains, le retourne pour découvrir la face arrière et, dommage. Celle-ci n’apporte pas les quelques informations supplémentaires qui auraient suffit à déclencher l’achat. 

Pire encore, celle-ci n’a pas vraiment été pensée comme un prolongement de la face avant. Un peu dérouté, le consommateur repose le paquet dans son rayon, et portera son choix sur un autre produit.

Si la première impression est souvent fondamentale, on oublie trop souvent qu’un emballage est constitué de plusieurs faces, toutes essentielles à votre communication ! 

 

Les faces cachées de l'emballage
Les faces cachées de l’emballage

 

La face arrière devra inclure par exemple : 

 

  • Une description : de la marque, du produit en lui-même, de certaines de ses vertus peu importe. Il s’agit simplement de se livrer davantage. 
  • Des conseils d’utilisation : temps de cuisson, mode de préparation, idée recette.
  • Des offres promotionnelles ou des jeux : à la manière de ce que font déjà les paquets de céréales depuis de nombreuses années.
  • La liste des ingrédients : selon le type de produit. Dans le cadre d’un emballage à quatre face, on aura plutôt tendance à les inclure sur les côtés.

 

Les côtés

De façon générale, les côtés permettent de faire le lien entre les deux faces principales. On y retrouve certains éléments qui figurent peut-être ailleurs, ainsi que certaines informations supplémentaires inédites telles que : 

 

  • L’origine du produit.
  • Le poids.
  • Une photographie : il peut s’agir d’une mise en situation du produit, d’une suggestion de présentation. Peut-être aussi de l’exploitation agricole ou du champ d’où ont été tirés certains ingrédients naturels ayant permis de fabriquer le produit.
  • Des pictogrammes.
  • Les ingrédients.
  • Les informations nutritionnelles.

 

Lors de la conception graphique de votre emballage, gardez à l’esprit que chaque face et chaque élément comptent. Les ajouts que vous intégrerez à votre packaging constituent autant de services rendus au consommateur et l’occasion de créer une formidable proximité avec votre public. 

Y a t-il une réelle harmonisation entre les différentes faces de mon emballage ? Quel est le petit plus que propose chaque face ? 

L’avant d’un emballage doit attirer le regard. Les autres côtés doivent comporter les bons arguments pour inviter l’acheteur en pleine hésitation à vous choisir vous parmi tous les autres !

En fin de compte, le graphisme dépasse très largement la simple visée esthétique. Au fil du temps, il s’est fait de plus en plus complexe et s’est complété de nombreux outils de personnalisation tels que vous propose MonPackaging par exemple. 

Du plus sobre au plus élaboré, il lui faudra être simple sans être simpliste et informer sa cible sans lui demander le moindre effort intellectuel.

En route vers la meilleure place sur les rayons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *