Sur les produits alimentaires, sur les livres, les colis et jusque sur les médicaments, le code-barres est partout !  Si l’on connaît particulièrement le format EAN, il en existe une multitude de types différents.

Dois-je nécessairement apposer un code-barres sur mon nouveau produit ? Comment l’intégrer simplement à mon packaging ? Zoom sur l’un des indispensables du secteur commercial. 

 

Un code-barres, pour quoi faire ?

Un code-barres, c’est une manière simplifiée d’identifier chaque produit de manière unique. Derrière sa séquence noire et blanche de taille variable se cachent une multitude de données liées au produit en question. Des informations qu’il suffit aujourd’hui de scanner là où l’on procédait autrefois à la main ! 

En bref, le code-barres permet à la fois une meilleure gestion des stocks, des inventaires, de la comptabilité ainsi qu’une traçabilité accrue de chaque produit. L’emplacement, l’origine, la quantité des articles s’observent désormais en un clin d’œil.

Et si plus de 6 milliards de codes EAN/UPC GS1 sont scannés chaque jour partout à travers le monde, c’est que le procédé permet d’augmenter la productivité des entreprises tout en réduisant les coûts ! Un gain de temps considérable dont devront à coup sûr profiter vos activités.

 

Comment se compose un code-barres ?

Nous prendrons l’exemple des codes GS1 à 13 chiffres qui restent les plus utilisés dans le secteur de la grande consommation. Un code de ce type se décompose comme suit :

  • Le préfixe du pays d’origine du produit : Représenté par les 2 ou 3 premiers caractères (300 à 379 pour la France).
  • Le préfixe entreprise :  3 ou 4 chiffres suivants, attribués par le GS1.
  • L’article : 6 chiffres, attribués librement par l’entreprise.
  • La clé : Elle permet enfin de vérifier la validité du code en fonction des 12 chiffres précédents. 
Les 3 premiers chiffres de 300 à 379 correspondent à la France. 400 à 440 à l’Allemagne, 500 à 509 au Royaume-Uni par exemple.

Ai-je besoin d’un code-barres pour mes produits ?

Généralement oui, le procédé s’avérant pratique pour toutes les opérations logistiques du quotidien. D’ailleurs, la plupart des détaillants ont aujourd’hui tendance à exiger l’apposition d’un code-barres sur les nouveaux produits. 

Quel que soit votre secteur, il est certain qu’un code-barres trouvera son utilité à la fois dans l’entrepôt et en magasin !

 

Le commerce est une science qui demande, à la fois, la connaissance des hommes et des choses.
Le commerce est une science qui demande, à la fois, la connaissance des hommes et des choses.

 

Le commerce est une science qui demande, à la fois, la connaissance des hommes et des choses.

Guillaume-Thomas Raynal.

 

Quel type de code-barres choisir ?

 Un code-barres se choisit forcément en fonction du produit, de son utilisation et de la surface disponible.

On optera par exemple pour un code EAN à 8 chiffres pour les articles de petite taille et pour un ISBN dans le cadre d’un livre, sachant qu’il sera aussi possible par la suite de le transformer en code-barres

En cas de doute, et s’il ne s’agit pas de produits alimentaires, on pourra aussi se tourner vers le Code 39 qui est universellement utilisé et lu par la plupart des appareils. Ce qui n’est pas le cas du Code 128 que l’on apprécie toutefois pour sa structure condensée idéale pour les surfaces réduites. 

En bref, de nombreuses options à prendre en compte. Sans oublier la question du design de packaging et sa cohérence avec l’ensemble !

 

Les différents types de code-barres

Généralement, on distingue deux familles de codes-barres, à savoir :

Les codes barres à une dimension (1D)

Très simples à produire, ils restent aujourd’hui les plus utilisés mais l’on regrettera la quantité limité d’informations contenues. C’est tout de même dans cette catégorie que l’on retrouve les codes EAN (European Article Numbering) à 8 ou 13 caractères, connus pour être les plus courants en Europe. 

Parmi les nombreuses formes disponibles, on retrouvera également les :

  • Codes 39 : Présents dans le secteur automobile notamment. Plutôt adaptés aux anciens lecteurs, ils ne sont plus que rarement utilisés.
  • Codes 49 : Très utilisés dans les secteurs de la défense ou de la santé, ils permettent de coder une grande quantité de données sur une petite surface.
  • Ou codes 128 : Capable d’utiliser 128 caractères différents, contre une dizaine seulement pour l’EAN ! Principalement utilisés dans l’industrie et les compagnie de fret. 
C’est sur les colis que l’on retrouve principalement les codes-barres I Two of Five (ITF).

Les codes-barres à deux dimensions (2D)

Codés et lus à la fois horizontalement et verticalement, on y retrouve une plus large quantités de données. Les différentes variantes incluent par exemple les : 

  • Datamatrix : Capables de stocker plus de 3000 caractères. Parfaits pour étiqueter des documents et de tous petits objets.
  • Aztec : Que l’on retrouve dans le domaine du transport, sur les billets de train notamment.
  • QR Codes : Ou Quick Response Code. Très à la mode grâce aux smartphones, leur facilité de production leur permet une croissance rapide.
Les codes-barres 2D gagnent en popularité dans les secteurs de la publicité et de la distribution.

 

Comment choisir mes étiquettes ?

Le format de l’étiquette variera selon le code-barres choisi. Rectangulaire pour un code-barres 1D, carré pour un QR Code, on notera aussi que les dimensions de l’étiquette auront un impact sur la quantité de données contenue sur le code-barres.

À titre d’exemple, une étiquette de 50 mm de large forcera un Code 39 à ne contenir que 15 caractères maximum. En cas de petite surface, on préfèrera le Code 128 ou un code-barres 2D.

 

Faut-il passer au QR Code ?

Le QR Code ne cesse de gagner en popularité dans l’univers de la communication, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. 

Accessible à tous, peu coûteux, il permet un stockage à la fois rapide et étendu par le biais de plus de 4200 caractères. S’il a facilement gagné le cœur des consommateurs, il semble toutefois que ce soit pour son aspect moderne et ludique.

Un rapide scan du QR Code avec la caméra d’un smartphone débloque ainsi diverses actions (lancement d’une application, accès à un jeu, ouverture d’un site…) et forcément, ça plaît.

Côté mise en place, il a aussi tout bon puisqu’il s’imprime en toute simplicité sans nécessiter trop d’espace. À envisager dans le cadre d’un packaging interactif ou pour renforcer la fonction «communication » de vos emballages. On pourra toutefois s’en passer selon la ligne directrice suivie par l’entreprise. 

Une fois de plus, c’est votre activité qui définira les contours de votre code-barres final ! 

 

Comment obtenir un code-barres ?

En France, pour obtenir un code-barres, il faudra généralement faire appel à GS1 France qui est l’organisme de référence. La procédure s’effectuera en trois temps.

 

Comment obtenir un code-barres
Comment obtenir un code-barres

Je m’inscris

On fournira pour cela divers renseignements liés à notre activité professionnelle, à savoir :

  • Un numéro de Siren (KBIS de l’entreprise).
  • Le numéro TVA intracommunautaire, le cas échéant.
  • Le Code NAF.
  • Le chiffre d’affaires global H.T. de l’entreprise, ou bien une estimation en cas de création.

 

Je règle la cotisation

L’adhésion se finalise nécessairement par l’étape du règlement. Le montant dépendra du chiffre d’affaires renseigné par l’entreprise, et pourra varier de 85€ pour une petite structure à 4500€ pour une grande entreprise.

 

Je produis mon code-barres

Le règlement de l’abonnement entraîne l’attribution d’un préfixe entreprise par GS1 France. Il vous est désormais possible de créer vous-même votre code-barres !

 

Dois-je utiliser un générateur de code-barres ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que GS1 se charge simplement de l’attribution du préfixe entreprise, le reste de la création vous appartient ! 

Un générateur de code-barres sera ensuite utile pour assembler dans le bon ordre tous les identifiants requis. Il vous faudra alors définir le type de code souhaité et puis, après remplissage, télécharger le code nouvellement crée pour l’associer au produit concerné. 

La méthode est simple, rapide et bien plus flexible qu’une création de code-barres via Microsoft Office par exemple. C’est celle que l’on privilégiera.

 

Où placer mon code-barres ?

À ce dernier stade, on s’efforcera de respecter certaines normes en termes de positionnement mais aussi d’impression.

Côté couleurs, si la création de packaging permet toutes les fantaisies, on misera sur un code-barres classique contrasté de noir et de blanc pour une lecture optimale. On le positionnera généralement au dos de l’emballage, dans un coin inférieur où il sera visible sans gêner le design global. 

Un QR code pourra en revanche être positionné sur la face du packaging pour être scanné sans que le consommateur n’ait à le déplacer. Il sera généralement noir sur fond clair et séparé du reste par un léger espace. 

On pourra éventuellement le mettre en évidence pour un message accrocheur placé juste à côté.

 

Certaines marques ont misé sur un code-barres pleinement intégré au visuel global de leur packaging.

 

Qui réagit uniquement à ce que le client dit vouloir risque fort de ne pas lui offrir ce qu’il attend vraiment.

David Green.

 

S’équiper pour lire un code-barres

Pour déchiffrer un code-barres en toute simplicité, on se munira enfin d’un lecteur qui pourra être filaire bien connecté en Bluetooth ou en Wifi.

 

S'équiper pour lire un code-barres
S’équiper pour lire un code-barres

Plusieurs technologies ont été développées pour permettre une lecture rapide, parmi lesquelles :

  • CCD : Charge-Couple Device, ou système à transfert de charge. À utiliser pour lire les codes-barres 1D.
  • Imager : Équipé d’un appareil photo numérique, il permet de lire les codes à la fois 1D et 2D.
  • Le laser : Capable de lire à grande distance, il est le plus utilisé aujourd’hui. 

Crayon, fixe, douchette, on choisira également son lecteur de code-barres pour sa forme et la confort d’utilisation proposé. 

 

Je confie mon packaging à un imprimeur professionnel

Plus question de se passer d’un code-barres aujourd’hui, ou très difficilement. L’avantage, c’est qu’une fois obtenu il vous appartient à vie et vous laisse libre de l’utiliser à loisir ! 

Pour un rendu optimal, n’hésitez pas à faire appel à un imprimeur professionnel qui saura vous prodiguer conseils et impression de qualité. Grâce à son logiciel de personnalisation simple et complet, MonPackaging facilite vos démarches créatives et vous permet de visualiser en 3 dimensions l’espace idéal où insérer votre code-barres. 

Alors imaginez, créez et laissez libre court à votre imagination ! MonPackaging prend en charge toutes les étapes techniques.

2 comments

    1. Bonjour,
      Je vous invite à vous rendre sur le site du GS1 Côte d’Ivoire, il vous suffira de suivre les étapes pour obtenir votre code-barres.
      Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *